La Repair Action 2.0. Une alternative solidaire à l’obsolescence logicielle et matérielle

Le numérique permet de simplifier l’accès aux droits et à l’insertion professionnelle, mais la maîtrise de l’utilisation du numérique demande un accompagnement pour la plupart des personnes ciblées par les politiques de lutte contre la pauvreté et de la ville.

Ces personnes sont, en particulier, des victimes de l’obsolescence programmée, matérielle ou logicielle.

L’obsolescence programmée, véritable fléau, concerne peu ou prou tout consommateur. En effet, aujourd’hui de nombreux produits, notamment électroniques, sont conçus pour ne pas durer.

Qu’est-ce que l’obsolescence programmée

En 2015, la loi française définit l’obsolescence programmée comme étant “l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise, notamment par la conception du produit, à raccourcir délibérément la durée de vie ou d’utilisation potentielle de ce produit afin d’en augmenter le taux de remplacement”. Il peut, par exemple, s’agir d’un matériel délibérément conçu pour ne pouvoir “évoluer”, par exemple en le limitant arbitrairement en taille de mémoire auxiliaire, ou de produits dont la conception des composants comprend des “fragilités” délibérées (condensateurs électrolytiques peu durables, pièces de fatigue non renforcées, etc.).

Dans les deux cas, le “metteur sur le marché” vise à entretenir un marché de renouvellement, par exemple par obsolescence technologique, d’estime et/ou esthétique.

Depuis le mois d’août 2015, le délit d’obsolescence programmée a fait son entrée en droit français. Elle est en effet désormais définie et sanctionnée par l’article L. 213-4-1 du Code de la consommation.

Quoi qu’il en soit la loi ne peut pas sanctionner ou très difficilement le “metteur sur le marché” pour “inaptitude à l’utilisation” de l’usager victime de “l’obsolescence logicielle” notamment. L’usager est sommé de devenir “consom’ acteur”.

Le Repair Café, une alternative solidaire pour lutter contre l’obsolescence programmée

“Jeter ? Pas question” est le slogan du concept du Repair Café né aux Pays-Bas en 2009. Il se définit comme une manifestation au cours de laquelle des réparateurs professionnels et amateurs viennent à la rencontre des personnes qui possèdent des objets défectueux. Ensemble, ils réparent ces objets pour les sauver de la déchetterie. Les uns savent, les autres apprennent d’eux à réparer les objets.

Le Repair Café est le point de départ de la prise de conscience collective de la nécessité de développer la Repair Action 2.0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*