Repair Acteurs® 2.0 du Val-d’Oise

Trouver un Repair Acteur 2.0 en Val-d’Oise

Le Repair Acteur 2.0 intervient bénévolement pendant la manifestation Repair Café. En dehors, c’est un artisan réparateur ou un passionné engagé de la Repair Action. Dans tous les cas, le Repair Acteur 2.0 contribue volontairement au développement de la Repair Action sur le territoire.


L’Auberge des Solidarités et du Numérique de Vauréal : un lieu d’apprentissage et de partage de savoir-faire

L’Auberge héberge des Ateliers Participatifs de la Repair Action Ordi 3.0 et Vélo. Ces deux ateliers accueillent les visiteurs du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30. L’association GSVO95 y organise des Ateliers de Pédagogie Personnalisée par le Do It Yourself et le Do It With Others.


Quel est le statut du Repair Acteur 2.0 ?

L’essaimage du concept Repair Café posera tôt ou tard la problématique du statut du Repair Acteur 2.0. En effet, la question se posera de savoir si le Repair Acteur 2.0 a des connaissances ou des compétences et s’il est qualifié ou habilité pour intervenir sur certains objets qui lui sont présentés.

Nous aurons l’occasion de débattre de ces questions pendant les « Premières Assises de la Repair Action » prévues en Val-d’Oise pendant le Mois de l’Économie Sociale et Solidaire.

L’association Générations Solidaires Val-d’Oise qui est à l’initiative de la manifestation va adresser une invitation à tous les organisateurs de Repair Cafés du Val-d’Oise et en Yvelines.


Né en Val-d’Oise, le Mouvement Repair Action 2.0 est à la croisée du Numérique et de l’Économie Sociale et Solidaire

Le Repair Acteur est-il un acteur de l’Économie Sociale et Solidaire ?

Le Secrétariat d’État chargé du Numérique reconnaît le caractère innovant des actions de GSVO95. En marge de ces activités consacrées à la réparation d’objets et la formation, l’association obtient les labels NetPublic et Ordi 2.0 en mars 2015. Une Convention est signée avec le Secrétariat d’État du Numérique et rattache l’association GSVO95 à l’un des Pôles de Ressources Interrégionaux de la Médiation Numérique.

En plaçant l’humain au centre de ses préoccupations, d’une part et en s’engagent à respecter les principes de l’Économie Sociale et Solidaire pour développer ses actions les Dirigeants de GSVO95 ont choisi d’ancrer leur actions dans l’ESS.


Qu’est-ce qu’un Pôle de Ressources Interrégional de la Médiation Numérique ?

Pour faciliter la constitution du « Réseau National de la Médiation numérique », le Secrétariat d’État au Numérique s’appuie sur des « Pôles de Ressources Interrégionaux de la Médiation numérique » regroupant les structures publiques et associatives locales désireuses de contribuer à consolider et généraliser les actions de médiation numérique dans les territoires (Lieux de médiation numériques, services des collectivités territoriales, services de l’État).

Ces « Pôles de Ressources Interrégionaux de la Médiation numérique » sont animés par des structures pilotes organisées par répartition géographique sur le territoire. Les sept structures pilotes identifiées (voir la liste plus bas) ont démontré, par leur histoire dans ce secteur d’activité, leur capacité de mobilisation des initiatives de médiation numérique dans les territoires.

Il existe également des structures référentes pour guider sur de nouveaux usages et des thématiques spécifiques.
Par exemple :
– le développement des Repair Cafés (l’Association Générations Solidaires Val-d’Oise, qui collabore au sein du Pôle Interrégional Ile-de-France et Nord-Est) ;
– la médiation numérique au service de la lutte contre la pauvreté et l’illectronisme (Association Les ateliers du Bocage, membre de la fédération Emmaüs et référente sur les programmes de solidarité numérique Clic Vert et ADB Solidatech ;
– le développement des Fablabs ruraux (Fablab BFC).


En conformité avec l’accord de coopération, signé le 3 février 2015 à Mérignac entre le Secrétariat d’État au Numérique et les structures pilotes des Pôles de ressources interrégionaux de la médiation numérique, les structures pilotes de Pôles assureront la mise en œuvre d’actions de développement et de soutien aux actions de médiation numérique dans les territoires, telles que la participation :
– à la consolidation des enjeux, des objectifs et des moyens du « Réseau National de la Médiation numérique » ;
– à la co-construction et à l’animation de la plateforme Internet dédiée à ce réseau ;
– à la définition des conditions d’un apprentissage généralisé et facilité de la Culture numérique ;
– au développement d’effets leviers sur les stratégies de financement du secteur de la médiation numérique ;
– à la construction de manière collective de mécanismes de représentation des acteurs de la médiation numérique: élaboration d’une « Convention collective » et d’une « Fédération nationale » ;
– à l’accompagnement des dispositifs publics de soutien à la médiation numérique: les emplois d’avenir numériques, les services civiques numériques…

Ces structures pilotes des Pôles contribuent donc à :
– l’émergence de dispositifs d’appuis, de soutien et de promotion des acteurs de la Médiation Numérique ;
– la concertation entre les acteurs de la médiation numérique, les pouvoirs publics et les acteurs plus traditionnels de l’économie numérique, notamment en jouant un rôle de relais et d’interface ;
– la traduction opérationnelle des accords de coopération signés au niveau national ;
– la représentation des intérêts et enjeux de la Médiation Numérique ;
– l’appui des services de l’État, des collectivités et de l’ensemble des parties prenantes pour faciliter la mise en œuvre de dispositifs de soutien à la Médiation Numérique.


La Convention avec la Secrétaire d’État chargée du Numérique reconnaît en l’association GSVO95 sa capacité à tenir un rôle dans le processus de la Médiation Numérique.

C’est dans ce cadre que l’association GSVO95 imprime une orientation innovante au concept Repair Café sur le territoire du Val-d’Oise et contribue à mettre en œuvre le Mouvement Repair Action 2.0.


GSVO95 inscrit l’activité du Repair Acteur 2.0 notamment dans une perspective de développement des Ateliers Participatifs de la Repair Action Ordi 3.0.

Avec Ordi 3.0, le Gouvernement souhaitant impulser et accompagner « un projet national de territoire », à dimension collective, participative et sociale, s’engage avec le soutien de l’ensemble de la collectivité territoriale (citoyens, porteurs de projets associatifs et entrepreneuriaux, opérateurs de la collecte, de la réparation, du réemploi d’équipements électriques et électroniques et de sa réutilisation), à développer une filière nationale de collecte, de rénovation et de redistribution de matériels informatiques permettant les usages du numérique par le plus grand nombre de personnes physiques et morales, dans une démarche d’économie solidaire, circulaire et de qualité environnementale.


Qu’est-ce qu’un Atelier Participatif de la Repair Action Ordi 3.0 ?

Un Atelier Participatif permet de réparer son matériel soi-même en étant encadré par un professionnel, le Repair Acteur 2.0, validant la réparation. Il est accessible aux particuliers et aux associations via un abonnement annuel. Chaque abonné est assuré au sein de l’atelier.

Modalités de fonctionnement de l’Atelier Participatif de la Repair Action Ordi 3.0

1- Développer la réparation d’objets, apprendre l’auto-réparation, favoriser la mixité sociale et les échanges
L’accès à l’atelier et à ses outils est gratuit. A l’accueil, on demande à adhérer à l’association. Il s’agit de permettre aux personnes d’assurer elles-mêmes l’entretien courant de leur matériel à moindre coût. Ce qui fait le lien entre les adhérents, c’est le partage de savoir-faire et l’adhésion au Règlement Intérieur qui régit le fonctionnement de l’Atelier et pose les principes de son développement. Quand la réparation implique de remplacer des pièces, les adhérents peuvent piocher dans les stocks disponibles contre une participation symbolique. Ces pièces de rechange sont récupérées sur le matériel déposé à « l’Espace Réemploi » des déchetteries. L’atelier loue ou vend pour un coût modique le matériel reconditionné par ses adhérents. Les bénéficiaires des ventes participent eux aussi à la réparation en étant encadrés, si nécessaire.

2- La structure assure son modèle économique sur la base de différents pôles d’activités
Le dispositif « Atelier traditionnel » est accessible aux adhérents. Toutefois, les réparations complexes sont effectuées par les volontaires experts de l’association. Le pôle sensibilisation dispense des ateliers d’initiation à la réparation au cours desquels il est proposé au public des stages de découverte de matériel et des principes fondamentaux de la réparation.
Les activités du pôle « Atelier de Pédagogie Personnalisée » permettent de :
– mixer différents publics
– offrir un accompagnement socio-professionnel dans le cadre de l’insertion par l’activité économique
– former des Repair Acteurs®
– professionnaliser les Médiateurs de la Repair Action®

3- L’Atelier valorise le matériel DEEE déposé en déchetterie ou rapporté par les particuliers en lui donnant une deuxième vie

4- L’Atelier permet aux personnes en situation de précarité l’accès aux objets réparés par le prêt, le don ou la location

5- L’Atelier génère des ressources qui sont réinvesties en acquisition de matériel et d’équipement pour développer le concept.

L’Atelier Participatif de la Repair Action Ordi 3.0 s’inspire de la méthodologie de “l’Apprentissage Participatif” dont les caractéristiques et les fondements répondent aux ambitions affichées par Ordi 3.0.